Photo Gregor
 
La chaire MGCF PRINT

Présentation 

En septembre 2015, l’IAE de Paris et le Groupe BPCE, par l’intermédiaire de la Fédération Nationale des Banques Populaires et de la Fédération Nationale des Caisses d’Epargne, ont décidé d’unir leurs forces pour créer une Chaire de recherche consacrée au Management et à la Gouvernance des Coopératives Financières. Cette Chaire réalisera de la Recherche appliquée, en prise directe avec le monde réel.

Trois objectifs pour cette Chaire

  1. Fédérer et faire progresser la connaissance sur le fonctionnement des coopératives dans le secteur financier.
  2. Donner des éléments objectifs de réflexion aux décideurs et aux représentants de ce secteur dans leurs discussions avec les régulateurs (policy paper), en connexion avec le Labex réfi.
  3. Identifier les spécificités de ce secteur au sein du secteur bancaire.

Des axes de recherche pour une application directe sur le terrain

Unique en son genre, la Chaire MGCF s’est fixée quatre axes.


La gouvernance des coopératives financières

Une étude réalisée en 2014 met en évidence l’importance de l’influence des instances de gouvernance sur la structure  managériale. À partir  de ce premier postulat, nos recherches portent sur  l’identification  des caractéristiques fondamentales du modèle de gouvernance.

 

Le modèle de performance des coopératives financières

Seulement des modes de gouvernance spécifiques mais aussi des objectifs qui les amènent à avoir un regard particulier sur leurs territoires d'intervention. L'objet de la recherche est de comprendre et d'identifier les mécanismes de création de valeur sociale en lien avec l'activité des coopératives financières. Un intérêt complémentaire de cette recherche portera sur les méthodes d'évaluation et de mesure de cette valeur sociale. Cela permettra de développer une approche plurielle des questions relatives à la performance des coopératives financières.


Le modèle de gestion de risque
La configuration de certains établissements avec des sites décentralisés multiplie les points de prise de décision. Cette organisation constitue un avantage majeur en termes de réactivité  mais également  un inconvénient aux yeux du régulateur. À travers ce troisième axe,  la politique de risque est analysée sous différents angles : la construction d’un dispositif de contrôle adapté, l’assurance d’un reporting efficace ainsi que la prise en compte d’une telle configuration par les régulateurs externes ou les agences de notation.

La transformation digitale des coopératives
Les travaux de recherche porteront sur les évolutions apportées par la digitalisation depuis 2011 en soulignant l’impact sur le client et la place des collaborateurs dans cette évolution.

Site de la chaire MGCF

Responsable Scientifique

  Eric Lamarque, Professeur